Accueillir l’avenir… une parcelle après l’autre en biodynamie

Accueillir l’avenir… une parcelle après l’autre en biodynamie

Si les vendanges représentent un temps fort des seize vignobles et domaines Gérard Bertrand, cette période exprime par-dessus tout le résultat de toute une année de soins et d’accompagnement des parcelles cultivées en biodynamie.  

 « Il n’y pas de grand vin sans grand raisin. Il s’agit de la marque de fabrique de la maison. Pour avoir un grand raisin, il faut cette alchimie qui prend en compte la notion de terroir », explique Gilles de Baudus, qui depuis 2002, gère, coordonne et met en place la conversion des domaines Gérard Bertrand à la biodynamie, aux côtés du vigneron éponyme. La biodynamie, en prenant en compte les trois facteurs essentiels que sont le millésime, le sol et l’intervention humaine redéfinit les bases de la viticulture : « Le travail du biodynamiste est de jouer avec des préparations homéopathiques à des moments particuliers pour essayer de donner une impulsion à l’écosystème qui nous permette de canaliser le processus de vie environnant la vie du sol, le développement de la plante et la maturité du raisin vers ce qui nous semble équilibré et harmonieux. À partir de là, il nous suffit d’accompagner le processus vivant dans une conception différente du système conventionnel (commander, diriger et soumettre). Ici, on tente de magnifier et d’accompagner. On ne fabrique pas le vin à la cave. »

Le travail se fait autant à la vigne qu’à la cave

Un modus operandi confirmé par Gérard Planas, Directeur des Domaines, qui réaffirme le lien puissant et indissociable entre l’excellence de l’état sanitaire du vignoble en 2021 et « la vigilance et l’attention quotidienne pour accompagner chaque cep de vigne jusqu’aux vendanges en arpentant chaque parcelle ». Un accompagnement naturel permettant de stimuler les défenses naturelles du vignoble des agressions climatiques, comme la pénurie d’eau, ou parasitaires. « Les applications de préparations biodynamiques se sont succédé au rythme des saisons et des alignements planétaires : Compost de bouse Maria Thun à l’automne, Bouse de Corne au printemps et Silice de Corne pendant les phases de croissance végétale de la vigne ».

La biodynamie au service de la nature

Le suivi du vivant, le soin et la surveillance bienveillante de chaque parcelle mènent naturellement à la saison des vendanges, pendant laquelle les vignerons arpentent chaque jour leurs domaines en quête de la maturation optimum des raisins, entre quantité de sucre et d’acidité, entre sucre et maturité des tanins, en gardant à l’esprit le vin qu’ils souhaitent produire. Gilles de Baudus insiste sur ce point : « Chaque millésime est unique, on ne va pas chercher à reproduire le millésime précédent. Chaque vin a un esprit, qui prend en compte à la fois le terroir et le millésime ». D’un terroir à l’autre, grappe après grappe, main dans la main pour créer des vins d’excellence.

Commentaires

Soyez le premier à commenter.
Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés.