Château Aigues Vives, "L'Exception"


AOP Corbières-Boutenac 

n. f.pl. (latin aguae vivae – arum, eaux viv(ant)es)

ANTIQUE PARENTÉ

Le Château Aigues-Vives a été bâti en 1817, sur les vestiges d'anciens thermes romains qui profitaient des sources d'eau dans des bains appréciés pour leurs vertus thérapeutiques. Cette présence de nappes phréatiques en sous-sol est particulièrement recherchée et bénéfique à la culture de la vigne en climat semi-aride. Un consul romain a d'ailleurs été le premier à planter de la vigne sur ces terres, alors que les poètes de l'Empire vantent la qualité des vins de la Villa Major (la future Villemajou).

Les vignes du domaine sont mitoyennes de celles de Villemajou. Gérard Bertrand a fait l'acquisition d'Aigues-Vives juste avant la vendange 2010. Si loin, si proche : avec ses 30 hectares de vignes et son chai, rénové très récemment, Aigues-Vives conserve sa personnalité, bien distincte de Villemajou, dont son encépagement le distingue nettement. En effet, Aigues-Vives est planté majoritairement en Syrah, pour un âge moyen au vignoble de 30 ans environ.

EXCEPTION CULTURELLE

Au cœur de l'appellation Corbières-Boutenac reconnu Cru Villages en 2005, le Château Aigues Vives est établi sur le sol typique de l'appellation, composé d'une couche de galets roulés. Ce manteau peu fertile couvre un horizon de molasses, roche sédimentaire, friable et tendre, perméable à l'eau mêlant argile et grès. Les sols pauvres en surface contraignent la vigne à enfouir profondément ses racines à la recherche d'eau et de nutriments.

Aigues-Vives profite de la présence toute proche de l'eau des sources qui lui ont donné son nom pour aménager son exception culturale et culturelle en plein cœur de Boutenac, royaume du Carignan. Car dans cet environnement propice à la culture des cépages traditionnels (Grenache et Carignan) en gobelets, les anciens propriétaires ont fait le pari de la Syrah palissée, majoritaire à Aigues Vives. Pari gagnant et que Gérard Bertrand a relevé à son tour. Sur le terroir riche en eau d'Aigues-Vives, la Syrah gagne ses lettres de noblesse à Boutenac et confère aux vins du domaine une personnalité spécifique.

… EXCEPTIONNELS !

En rouge et en rosé, les vins d'Aigues-Vives témoignent d'une ambition de révéler tout le potentiel de l'exception que représente le domaine.

Exception est d'ailleurs le nom du rosé élevé pour partie en barriques que produit le domaine, à partir de Syrah, Mourvèdre, Grenache et Carignan. Les jus des premiers sont issus de saignée, les seconds d'un pressurage direct. Après assemblage, dès le début de la fermentation, une partie des jus est mise en barriques pour quatre mois environ avec bâtonnages quotidiens puis hebdomadaires. L'autre partie est vinifiée en cuves. Le vin est soutiré et mis en bouteilles dans les 6 mois qui suivent la récolte. Frais à l'attaque, expressif dans ses arômes de fleurs (aubépine et freesia) et de fruits rouges (groseille, framboise), ce rosé affiche son exception et son ambition dans sa longueur en bouche et son gras de texture enveloppant en renfort des notes grillées gourmandes qui prolongent la finale.

Le vin rouge d'Aigues-Vives est lui aussi issu de Syrah, Carignan, Grenache et Mouvèdre, les premiers macérés en grappe entière, les second égrappés. Après les fermentations, les vins sont mis en barriques pour douze mois. A l'arrivée, le vin est généreusement épicé, entre poivre noir et muscade et un fruit de myrtille et de cerise à l'eau de vie ; la structure tannique présente et l'acidité fraîche sont autant de promesses d'un beau potentiel de garde.

Voir les vins